Je suis comme ma mère... et ce n’est pas si terrible!

Je suis comme ma mère... et ce n’est pas si terrible!

Quand j’ouvre la bouche, c’est ma mère qui parle. Mais ça ne me dérange pas. Vous découvrirez bientôt pourquoi.


Par : Amanda Palmer

La première fois que les mots « Parce que je l’ai dit » ont franchi mes lèvres a été un moment déterminant dans ma vie : je venais de passer du côté maternel de la force. Je m’étais promis que je ne prononcerais jamais ces mots-là et que je serais toujours une maman « cool », mais c’est tout de même arrivé. Maintenant que je fais officiellement partie du club des mamans, je réalise comment l’enfantement nous transforme... et je me réjouis de cette transformation tous les jours.

Toute ressemblance avec ma mère est devenue une forme de compliment. Nous ne partageons peut-être pas le même point de vue sur la longueur des shorts, mais j’adopte peu à peu tous les autres aspects de son maternage.

Quand j’étais plus jeune, ma mère n’avait qu’à dire des phrases du genre « Fais attention à ce que tu souhaites; tu pourrais bien l’obtenir » ou « Attends que ton père rentre à la maison » pour que les disputes prennent immédiatement fin. Je ne trouvais pas ça juste de mon point de vue d’enfant. De mon point de vue de maman? Je trouve ça génial. Au début, j’avais des réticences, mais je dois avouer que les résultats sont grisants!

Je tenais beaucoup de choses pour acquises, quand j’étais enfant, sans me rendre compte de tout ce que ma mère faisait pour moi. Mais est-ce que ce n’est pas le cas de tous les enfants? Quand je pense qu’elle bordait trois enfants chaque soir, exténuée de sa journée, mais encore assez patiente pour écouter nos prières et satisfaire nos demandes, je réalise tous les efforts qu’elle devait faire.

Encore aujourd’hui, à l’heure des repas, je me surprends à me demander « Qu’est-ce que maman ferait? » Ça me donne la force de faire ce qu’il faut. Même si mon estomac gargouille plus fort que la télévision, je prépare et je sers le repas de ma fille d’abord. Je joue à « deux bouchées de plus » aussi longtemps que possible avant de passer en mode « menu sur commande ». Je me vois déjà dire « défense de sortir de table avant d’avoir fini ton assiette » dans quelques années. Je ne comprends pas encore comment ma mère faisait pour planifier des repas pour cinq personnes difficiles.

Je m’amusais autrefois de ses interminables listes d’épicerie, qui prennent maintenant tout leur sens. J’avais aussi l’habitude de rire des vieilles chansons qu’elle écoutait dans sa chambre quand elle se préparait, mais je comprends maintenant (je fais pareil avec ma musique des années 1990). Il est ironique de constater que ces tactiques de recherche de la paix intérieure, que les mamans utilisent pour rester saines d’esprit, font souvent l’objet de plaisanteries de la part de l’enfant même qui les rend nécessaires! Ma mère était une vraie championne pour trouver des moyens de décompresser. J’ai suivi ses pas.

J’aimerais pouvoir retourner dans le temps pour discuter, par une journée ordinaire, avec ma mère alors qu’elle était aux prises avec les plus grandes difficultés de la maternité. Je me demande quelles seraient les différences entre nos tactiques, nos points de vue, nos limites et nos moments de faiblesse. Puisque c’est impossible, je dois me contenter de chercher dans mes souvenirs et de regarder ma mère interagir avec ma propre fille. Ça ne vaut pas une machine à remonter dans le temps, mais c’est mieux que rien.

Je célèbre ma mère et mon rôle de maman en accordant le passé, le présent et le futur. Je songe à ces choses que ma mère m’a dites et qui ont vraiment raisonné en moi ainsi que les gestes qu’elle faisait pour me réconforter. Puis j’essaie de les répéter avec ma fille pour voir ce qui va arriver. J’essaie aussi de profiter du moment présent le plus possible pour qu’un jour ma fille puisse se rappeler des chansons que je lui chantais et des drôles de danses que je faisais dans la cuisine.

Vous savez quoi? Je pense que c’est génial d’être une maman. Je suis parfaitement heureuse d’être passée du côté maternel de la force. S’il faut proscrire toutes les phrases qui font des mamans des mamans pour être une maman « cool », alors je suppose que je ne suis pas si « cool ». Ou peut-être que ça veut simplement dire qu’on n’appréciera pas mon travail de maman à sa juste valeur avant que ma fille soit une maman à son tour.

Registration

Devenez membre de P&G au quotidien et recevez des offres exclusives!

Devenir membre

Veuillez confirmer vos informations personnelles.

Veuillez compléter les informations ci-dessous afin de finaliser votre demande.

Couches

Pampers

Pampers

Économisez 3,00 $

Ne s'applique pas au format d'essai/de voyage, aux paquets écono/paquets-primes/ensembles-cadeaux

The information about this product will be here soon

Pgeveryday.ca

Pour imprimer vos coupons, veuillez utiliser un ordinateur connecté à une imprimante.

Papier hygiénique

Charmin

Charmin

Économisez 3,00 $

Ne s'applique pas au format d'essai/de voyage, aux paquets écono/paquets-primes/ensembles-cadeaux

The information about this product will be here soon

Pgeveryday.ca

Pour imprimer vos coupons, veuillez utiliser un ordinateur connecté à une imprimante.

Soins pour la famille

Bounty

Bounty

Économisez 3,00 $

Ne s'applique pas au format d'essai/de voyage, aux paquets écono/paquets-primes/ensembles-cadeaux

The information about this product will be here soon

Pgeveryday.ca

Pour imprimer vos coupons, veuillez utiliser un ordinateur connecté à une imprimante.